Archive pour février, 2013

« Je vais péter un plomb, il fallait que je t’en parle, je suis désolée »

Camille.

Si seulement j’avais su…

Oui, moi aussi ça va me faire péter un cable. Je ne sais même plus dire si je l’aime ou non. Il est TROP affectueux avec moi, et ça me fait peur, il me prend dans ses bras, tout le temps, il m’enlace, et si je n’ai pas le grand sourire attaché au visage H24 il me demande qu’est-ce qui ne va pas et ne me lache pas. Quoi ? Je n’ai pas le droit à avoir mes moments de fatigue ? Je ne peux pas avoir besoin de dormir le matin ? Il est forcé de me reveiller ?! Je ne sais plus quoi faire..

« Prendre du recul » c’est ce que je me suis toujours dite. En décembre et janvier pendant les vacances, il me manquait tellement… J’ai refusé d’aller au cinéma juste pour l’avoir près de moi, toute la soirée, parce que je voulais profiter tant qu’on était ensembles, avant qu’il ne rentre chez lui.. Et aujourd’hui, je ne sais plus ce que c’est que ce sentiment là. Je ne connais plus ça. Je ne sais pas vraiment quoi penser, quoi faire, je ne sais plus du tout. Je suis perdue.

J’aimerai tant retrouver ce « manque de lui » comme je l’avais avant, comme je l’avais ces vacances… Mais maintenant, même ses gestes le splus anodins parviennent à m’agacer. Il m’énerve, et je ne veux pas passer cette colère sur lui, je ne veux pas le blesser parce qu’il est sincère et gentil avec moi.. Et parce qu’il m’aime et qu’il ne mérite pas ça, personne ne mérite ça.

Parfois j’ai le sentiment d’être étouffée. Je me sens prise au piège.

En regardant un autre garçon dans le métro aujourd’hui, je me suis dite que c’était mon type. Blond/Chatain chair, cheveux courts, yeux perçants, sourire attirant, et grand. Et je me suis demandée si un jour je recommencerai à draguer, à sortir et chopper des mecs. C’est dur d’en arriver là. Je n’aime pas cette idée d’avenir tout tracé, je ne veux pas rater ma vie, mais je ne veux pas la prévoir. Je ne sais pas quoi faire.

Je suis bien avec lui, on rigolait bien, avant. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’ai à la fois peur de le perdre, et peur de lui faire du mal. Je devrai lui en parler, je le sais, ça. Mais est ce que je suis prête à lui en parler…?

J’ai besoin d’un signe, j’ai besoin qu’on m’indique la voie à prendre.

Publié dans:Journal, Relationnel |on 18 février, 2013 |Pas de commentaires »

« Votre A ne craint rien »

Ce n’est jamais ni drole ni facile de se faire arrêter.

En l’occurence, lorsqu’on se fait arrêter sur une route limitée à 50 parce que le policier vous a soit disant vu avec ses jumelles et a retenue une vitesse superieure à 50, on se demande si notre premis sera encore valable longtemps…

La voiture devant moi, une vieille voiture grise dont je ne connaissais absolument pas la marque, n’allait vraiment pas vite, et fesait des equarts comme si elle allait doubler la camionette blanche devant elle.

Je n’étais pas en retard pour aller donner mon cours d’aide aux devoirs, mais je n’aimais pas rouler lentement. C’est pourquoi lorsque la voiture qui tractait la remorque s’est enfin décidée à doubler, je l’ai suivie. Innutile d’expliquer ce qu’il s’est passé ensuite et pourquoi est-ce que la voiture n’a pas plus accéléré devant moi… Ils étaient là, et avec des jumelles. Ils m’avaient vue, ils avaient ma vitesse, bien superieure à 50 km/h et j’étais sure de perdre mon permis. Je me garrais derrière la vieille voiture que j’avais déjà suivie une fois, éteignais le contact, et ouvrait, le ma main tremblante, la fenètre conducteur…

« -La voiture que vous avez dépassé roulait à 56 km/h, pourquoi vous la dépassez?

D’une voix tremblante, je décidais de lui sortir la même excuse que pratiquement tout le monde je pense.

-Et bien, je vais travailler, et je suis en retard.. »

-Ce n’est pas une raison pour dépasser la vitesse autorisée Mademoiselle!

-Je le sais bien, oui..

-Carte grise du véhicule et permis de conduire svp.

Je cherchais ma carte grise, et quand je la trouva, la voie sèche et pas commode me redit encore :

-Votre permis de conduire. »

Vraiment, pas commode… Je trouva l’autre papier demandé dans mon autre porte monnaie et le lui donna. Il parti à la voiture principale, garée dans une allée, hors de la vue de la route qu’ils postaient.

Je réfléchissais alors, seule dans ma voiture. Je tremblais de tous mes membres. A quelle vitesse pouvais-je bien être? Il ne me l’avait pas dit… Qu’allait-il m’arriver..? Allais-je perdre mon permis? En temps qu’apprenti conductrice, je ne pouvais pas perdre de points, et j’allais en perdre beaucoup..

Finalement, me retrouvant seule dans la voiture, je décidais de sortir et d’aller demander à la personne devant moi à quelle vitesse il roulait alors, lors de son dépassement.

« -Hooo, commença-t-il, moi, eh, je n’étais pas à plus de soixante km/h hein! -C’était un campagnard, autant dans l’accent que dans la dégaine.- Et puis, ajouta-t-il, vous n’alliez pas plus vite que moi heeih! »

Les 2 policiers respectifs qui nous avaient interpelés arrivèrent alors. Le policier pas commode qui m’avait sèchement parlé me dit alors :

« -Alors, Dépassement non autorisé, celà vous fera 90 euros, vous recevrez l’amende directement chez vous, et celà n’entraine pas la perte de points.

Pas de perte de points… J’étais (presque) rassurée. Je me tournais alors vers la route, et apperçue la ligne blanche, en pointillés. Un dépassement non autorisé sur une ligne en pointillée? Ce n’était certainement pas dans le code de la route, selon moi. Je demandais alors des explications. Des larmes coullaient de mes yeux, contre ma volonté, une accumulation de nerf que je ne pouvais plus contenir.

-Mais, la ligne n’est pas continue ici..

-Eh bien, mademoiselle, les pointillés rapprochés vous empèchent de doubler!

-Euh.. Je ne le savais pas..

Me coupant :

-Vous êtes en ville, ne l’oubliez pas! La limitation est de 50km/h! Et arrêtez de pleurer, je n’aime pas vous voir pleurer. -Comme si cela dépendait de ma volonté…- Vous ne pouvez pas, en ville, dépasser quelqu’un, sauf si la personne roule devant vous à moins de 30km/h. »

J’étais interpellée, il me réexplica cette dernière phrase au moins trois fois. Jamais je n’aurai pensé ça, je ne le savais pas. Nul n’est censé ignorer la loi. Mais ça, je ne le savais pas. Je tentais de le lui dire, mais le monsieur borné me tendit son objet électronique que je devais signer au stilet. Je dépossa mes clefs sur le capot de ma voiture, avec mon téléphone. Mes mains tremblaient et j’avais les yeux remplis de larmes, je ne voyais pas ce qui était écris. Je me secoua la main dans le vide et tenta de signer -je m’y repris à trois fois-.

Je n’avais pas osé demander la vitesse à laquelle je roulais, et après coup je pense que j’aurai du. Il ne la savait pas, cette vitesse. Sinon, j’aurai été accusée d’un exès de vitesse, et non d’un « dépassement non autorisé ». C’est une erreur de qualification, et je ne l’ai même pas reconnue, j’ai perdu le controle de mon état, je subissais.

 

Le policier n’avait en effet certainement pas ma vitesse. C’est pourquoi il m’a acusée d’un dépassement non autorisé, inventant une règle débile pour appuyer son raisonnement. Je l’ai cru, parce que c’est un policier, parce qu’il se doit de faire la justice. Je devais être derrière la voiture lorsque je suis passée dans le champ de ses jumelles. Il ne connaissait pas ma vitesse mais voulait m’arréter, et a volontairement fait une erreur de qualification. J’ai signé et je ne peux plus rien faire. Je suis en licence de Doit, je souhaitais faire, je pensais « comme les policiers », la justice.

Je me trompais.

Publié dans:Confiante, Journal |on 14 février, 2013 |Pas de commentaires »

« Spotted »

Spotted Cf mon université.

C’est LE site hype en ce moment, c’est des déclarations anonymes. Et c’est Jb qui m’a montré ça.

Le hic me diriez-vous? Oui, je pense avoir trouvé une déclaration sur moi. En fait, la déclaration parle d’une fille, la décrit largement, mais soit cette personne ne reconnait pas les blondes des brunes des chatains, et bien soit il n’y a que 2 filles possibles, dans toute ma fac. Donc moi, ou une autre fille en première année (oui, je suis passée en seconde année moi).

Je ne sais pas si je le montre à Jb, je ne sais pas ce qu’il va penser, je ne suis même pas sure que ce soit moi dont il soit question dans cette déclaration en même temps. Alors bon, pas à s’inquiéter.

 

Mais. Dans l’hypothèse où ce serait moi… De qui elle vient cette déclaration? :/ Il y en a bien un qui avait l’air d’être interessé par moi, mais… Enfin, je ne sais pas, je n’aime pas faire du mak aux gens. J’en ai fait assez à Kévin, mais lui c’était rien en comparaison avec ce que j’ai subit cet été avec lui…

Alors qui que ce soit, j’espère qu’il sait que je suis en couple, j’espère qu’il se doute que je suis plus qu’amoureuse, que je suis folle de Jb, et que je ne le quitterai pour rien au monde, à l’heure actuelle…

Publié dans:Journal, Relationnel |on 9 février, 2013 |Pas de commentaires »

« On est pas comme les autres »

Je le sais, mais ça me fait peur.

Je le sais oui. Je le vois, mes anciennes relations, elles n’avaient RIEN à voir avec celle là. Mais, pourquoi ça lui ferai du mal que je nous compare aux autres? Je le fais inconsciament.. Je comprend que ça lui fasse du mal quand je nous compare à des couples qui ont échoués. Mais je nous compare aussi à Cassie et Capie (Greek). Ce sont des couples forts, qui durent, où qui se retrouvent forcés de s’arréter, face aux barrières de la vie.

Publié dans:Journal, Relationnel |on 9 février, 2013 |Pas de commentaires »

The Voice, vous connaissez?

« condamnée à regarder The Voice » au lieu d’aller au Festival ICAM. Le PLUS grand festival étudiant de France. 25 euros la place, remplacée par une soirée malade chez mes voisins, à baby-sitter les 2 monstres, qui ne m’avancera a rien, puisque les parents me paient 25euros la soirée.

Bref, j’ai quitté la SIMONU après mon discours, je suis restée pour les discours et pour noter les idées principales des autres, et après, malgrès ma nuit précédente de presque 10 heures, j’avais la nausée, j’avais mal au coeur, j’avais mal à la tête et à l’oreille, j’étais mal, j’étais vraiment mal. Donc je suis rentrée pour dormir, et je suis allée chez le médecin le soir, et je suis malade pour ce soir, pour LA soirée ICAM, LA soirée de l’année.

J’ai froid en polaire, avec plusieurs épaisseurs en dessous, et je ne sais plus quoi faire.

Jb est à l’ICAM ce soir, et pas moi… C’est clair, j’suis dégoutée. Mais j’y peux rien. J’aurai pu lui dire tel « sa copine », d’y aller avec moi et de pas rentrer tard. C’est ce que m’a conseillé mon père aujourd’hui. Mais je me sens tellement mal de lui gacher sa soirée. Et si ses amis me jugeaient là dessus? Je me sens mal. J’aime pas quand il sort, j’aime pas quand il sort et que je reste chez moi. J’aime pas ça du tout. Je déteste ça. Ca m’énerve.

Mais je l’aime. Alors je vais tout faire pour que cette situation ne se reproduise plus.

Publié dans:Journal, Relationnel |on 9 février, 2013 |Pas de commentaires »

I knew you were trouble..

Taylor Swift.

I think, I think when it’s all over it just comes back in flashes you know..? It’s like a kaleidoskope of memories, it just all comes back. But he, never does. I think part of me knew the second I saw him that this would happen. It’s not really anything he said, or anything he did, it was, the feeling that came along with it, and.. Crazy thing is, I don’t know if I’m never gonna feel that way again, but I don’t know if I should… I knew this world moved too fast, and, burned to bright, but I thought.. How can the devil be pulling you toward someone who looks.. So much like an angel when he smiles at you..? Maybe he knew that, when he saw me. I guess I just lost my balance. I think that, the worst part of it all wasn’t loosing him… It was loosing me.

à Kévin. Tu n’es pas revenu, c’était trop tard pour toi, pour moi, pour nous, je ne suis pas à blâmer.

Publié dans:Journal, Relationnel |on 3 février, 2013 |Pas de commentaires »

Un de perdu, Dix de retrouvés.

J’ai réellement toujours pensé que la personne qui avait dit ça était débile.

Il y avait neuf ânes dans le champ, ma mère s’en occupait, moi aussi parfois. Les ânes vont par couple. Un âne seul va brailler comme jamais vous n’avez entendu un âne brailler. C’est pour ça qu’il doit absolument être accompagné d’un autre âne, ou d’un autre animal s’il n’a pas pris l’habitude de vivre en troupeau d’ânes.

Il y a Cadichon et sa maman, lui il ne mange que dans la main des gens, jamais dans ses gamelles, et il est adorable, il suit les gens partout (je suppose ceux qu’il connait..). Sa maman, elle est méchante quand il s’agissait de manger, elle poussait les autres, et elle avait une autorité incontestée dans le champ. A contrario, elle léchait les mains des gens, la seule à faire ça, les autres mordent. Elle a ce coté adorable.

Aussi, le Gris et sa maman, ils n’ont rien de vraiment particulier, ils sont adorables et se font caresser, ils sont chou tous les deux.

Le tout-petit et sa maman, la maigrichonne. Elle avait peur des gens au début, elle ne s’approchait jamais de moi, de ma mère. Elle etait toute maigre, parce qu’elle se fesait botter par les autres quand elle s’approchait pour manger. En un peu moins d’un an, elle s’est énormément sociabilisée. Le tout petit est surement le plus chou du groupe. Il vient vers les gens (qu’il connait encore je suppose), et quand on s’accroupie, il pose la tête sur notre épaule, et il s’appuie là, pendant qu’on le caresse.

Enfin, les Poitous. La mère, la fille et le fils (Cupidon). La mère est assez agée, elle se laisse plutôt facilement brosser et caresser. La fille, dès qu’on sort la brosse, se jette litéralement sur nous, et attend qu’on la brosse. Enfin, Cupidon, le pato, il est tout jeune, il glisse, tombe, il mort les vetements et les tire quand il les a dans la bouche, il joue quand on se cache derrière un arbre, c’est le GROS bébé du lot.

A chacun son carractère, chacun est indispensable au groupe. Aujourd’hui, le propriétaire en a vendu deux. Où est-ce qu’ils vont aller? J’n'en sais rien. Je ne crois pas qu’il ait de coeur, j’y vois plutôt une pierre à la place. Il n’a rien dit, jusqu’à ce qu’il les vendent, jusqu’à ce qu’ils partent. Pas d’aurevoir, la mère de Cadichon et le petit gris sont partis. Pourquoi est ce qu’il a séparé mère-fils? J’en sais rien, et ça m’attriste. On est allé donner à manger aux sept ânes qu’il reste ce matin. Cadichon et la maman du petit gris étaient seuls. La maigrochonne et son tout-petit étaient ensembles, les trois poitous ensembles, cadichon, et la mère du gris, ils étaiens seuls, chacuns de leur coté.

Ca me fait mal de les voir seuls, et ça me fait encore plus mal d’imaginer ce que la mère de Cadichon et le gris sont devenus. J’ai juste envie de les imaginer dans un champ avec d’autres ânes gentils, qu’ils se fassent leur place au milieu de tout ça. Je ne veux pas savoir la vérité, ce qui leur est réellement arrivé. Je ne veux pas savoir.

Je ne veux rien savoir. Je veux penser qu’ils sont heureux.

Je sais que c’est puéril, mais je dois l’être un peu, puérile, au fond de moi.

J’espère qu’ils sont heureux.

Publié dans:Ânesque, Journal |on 3 février, 2013 |Pas de commentaires »

« Il y a 3mois, je pensais pas que c’était possible, de rester toute une vie avec la même personne »

Tu réalises, enfin. J’ai peur de lui faire du mal.

C’est la dernière chose que je souhaite, lui faire du mal. Alors, je ne sais pas pourquoi je me comporte si mal avec lui, je ne comprend pas pourquoi j’agis comme ça. J’ai l’impression d’en avoir marre parfois, et de le traiter comme s’il ne m’importait pas. Il compte plus que tout pour moi, je l’aime, je ne sais pas comment le lui montrer, le lui faire ocmprendre.

C’est la première fois que je reste aussi longtemps avec quelqu’un, et ça ne fait que 2mois et demi. Je me sens pathétique quand je dis ça. C’est sérieux, ça fait 2mois et demi.

Je ne veux pas le blesser.

Publié dans:Journal, Relationnel |on 3 février, 2013 |Pas de commentaires »

408joursavecmaflammejumelle |
journalduneame |
ts94 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | oiseaux2
| Deltaforce
| Les Sottises de Cytise