Archive pour la catégorie 'Ânesque'

Un de perdu, Dix de retrouvés.

J’ai réellement toujours pensé que la personne qui avait dit ça était débile.

Il y avait neuf ânes dans le champ, ma mère s’en occupait, moi aussi parfois. Les ânes vont par couple. Un âne seul va brailler comme jamais vous n’avez entendu un âne brailler. C’est pour ça qu’il doit absolument être accompagné d’un autre âne, ou d’un autre animal s’il n’a pas pris l’habitude de vivre en troupeau d’ânes.

Il y a Cadichon et sa maman, lui il ne mange que dans la main des gens, jamais dans ses gamelles, et il est adorable, il suit les gens partout (je suppose ceux qu’il connait..). Sa maman, elle est méchante quand il s’agissait de manger, elle poussait les autres, et elle avait une autorité incontestée dans le champ. A contrario, elle léchait les mains des gens, la seule à faire ça, les autres mordent. Elle a ce coté adorable.

Aussi, le Gris et sa maman, ils n’ont rien de vraiment particulier, ils sont adorables et se font caresser, ils sont chou tous les deux.

Le tout-petit et sa maman, la maigrichonne. Elle avait peur des gens au début, elle ne s’approchait jamais de moi, de ma mère. Elle etait toute maigre, parce qu’elle se fesait botter par les autres quand elle s’approchait pour manger. En un peu moins d’un an, elle s’est énormément sociabilisée. Le tout petit est surement le plus chou du groupe. Il vient vers les gens (qu’il connait encore je suppose), et quand on s’accroupie, il pose la tête sur notre épaule, et il s’appuie là, pendant qu’on le caresse.

Enfin, les Poitous. La mère, la fille et le fils (Cupidon). La mère est assez agée, elle se laisse plutôt facilement brosser et caresser. La fille, dès qu’on sort la brosse, se jette litéralement sur nous, et attend qu’on la brosse. Enfin, Cupidon, le pato, il est tout jeune, il glisse, tombe, il mort les vetements et les tire quand il les a dans la bouche, il joue quand on se cache derrière un arbre, c’est le GROS bébé du lot.

A chacun son carractère, chacun est indispensable au groupe. Aujourd’hui, le propriétaire en a vendu deux. Où est-ce qu’ils vont aller? J’n'en sais rien. Je ne crois pas qu’il ait de coeur, j’y vois plutôt une pierre à la place. Il n’a rien dit, jusqu’à ce qu’il les vendent, jusqu’à ce qu’ils partent. Pas d’aurevoir, la mère de Cadichon et le petit gris sont partis. Pourquoi est ce qu’il a séparé mère-fils? J’en sais rien, et ça m’attriste. On est allé donner à manger aux sept ânes qu’il reste ce matin. Cadichon et la maman du petit gris étaient seuls. La maigrochonne et son tout-petit étaient ensembles, les trois poitous ensembles, cadichon, et la mère du gris, ils étaiens seuls, chacuns de leur coté.

Ca me fait mal de les voir seuls, et ça me fait encore plus mal d’imaginer ce que la mère de Cadichon et le gris sont devenus. J’ai juste envie de les imaginer dans un champ avec d’autres ânes gentils, qu’ils se fassent leur place au milieu de tout ça. Je ne veux pas savoir la vérité, ce qui leur est réellement arrivé. Je ne veux pas savoir.

Je ne veux rien savoir. Je veux penser qu’ils sont heureux.

Je sais que c’est puéril, mais je dois l’être un peu, puérile, au fond de moi.

J’espère qu’ils sont heureux.

Publié dans:Ânesque, Journal |on 3 février, 2013 |Pas de commentaires »

408joursavecmaflammejumelle |
journalduneame |
ts94 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | oiseaux2
| Deltaforce
| Les Sottises de Cytise